Choose your language: Nederlands English Deutsch Vlaams Francais
Website Backs

Le site Matador utilise des cookies (et d'autres techniques) et recueille des informations sur l'utilisation du site, entre autres choses, pour l'analyser et l'améliorer et pour s'assurer que vous voyez des informations pertinentes pour vous.

En utilisant ce site ou en cliquant sur l'accord ci-dessous, vous acceptez l'utilisation de cookies et la collecte d'informations sur la base de ceci sur le site de Matador.

Articles

Articles

Les hydrates de carbone
25/02/2010

Les hydrates de carbone (les sucres) sont des matières actives. Ils maintiennent le corps chaud et donnent de l'énergie aux muscles de façon à pouvoir réaliser de bonnes prestations. C'est la matière qui sera tout d'abord utilisée. Tout corps humain ou animal peut très facilement brûler les sucres monosaccharides dans les cellules musculaires. Ce sont de petites usines qui vont fabriquer de la chaleur et de l'énergie au départ de l'oxygène et de l'alimentation.
Pour ce processus, la vitamine B6 est utile. Après la combustion, il reste encore des déchets à éliminer (comme les acides lactiques). A côté de la chaleur et de l'énergie, les hydrates de carbone nourrissent également le cerveau. Sans ce glucose, notre pigeon ne serait capable de rien. Tous ces "aliments" sont divisés en groupes à définir.

Monosaccharides (dextrose et fructose)

Le glucose peut aussi être appelé dextrose. Les monosaccharides sont les plus simples hydrates de carbone. Ces derniers sont aussi à partager en plusieurs groupes. Pour nous, il est important de savoir que la plupart du carburant apporté est utilisé pour conserver la chaleur ou pour entretenir le travail musculaire.

Les disaccharides (lactose, maltose et saccharose)

Ce sont des doubles sucres qui doivent tout d'abord être divisés afin de pouvoir être consumés. Par exemple, le lactose du ait et le maltose de l'orge germée. Le saccharose fait également partie de ce groupe. Celui-ci provient du sucre de betteraves et de carottes.
Trop de lactose pourrait donner une moins bonne reproduction. Nous sommes donc tout particulièrement attentifs à ne pas donner trop de produits laitiers.

Les polysaccharides (cellulose, l'amidon et le glycogène)

Celui-ci est un très grand groupe, parfois bien 1000 jusqu'à 1 million de sortes de sucres différents. Ils font partie du groupe des amidons et se retrouvent principalement dans les graines et les légumineuses comme le maïs, le blé, l'orge et les pois.
Il y a également le groupe des celluloses. Cette cellule brute aide à la digestion de toues les différentes sortes d'hydrates de carbone.
Une partie de l'amidon des graines sera très rapidement broyée en petites parties et ensuite digérée. Cela vient du fait que certaines sortes d'amidons consistent en différences de ramifications. De ce fait, il apparaît également une prise beaucoup plus rapide ou plus progressive de ces matières alimentaires.

Les pigeons ne volent seulement que les 10 premières minutes au glycogène. Ce sont les sucres qui sont stockés dans les muscles blancs. Dans les muscles rouges, ce sont les graisses qui y sont stockées. Si la réserve de glycogène dans les muscles blancs est déjà épuisée, alors le pigeon s'en remet aux sucres qui sont encore présents dans le foie et le sang. Il ne pourra voler alors qu'une heure au maximum avec les sucres et les "graisses du sang".

S'il y a principalement des "sucres rapides" dans le sang (comme le dextrose), il n'y aura alors qu'une rapide et courte combustion. Si maintenant les sucres lents sont en majorité, la combustion sera également plus progressive et se déroulera donc sur une période plus longue. Voler sur des hydrates de carbone donne une plus grande vitesse. Il est donc d'une grande importance de pouvoir garder une grande vitesse aussi longtemps que possible afin de voler également plus vite et plus longtemps. Et donc également un précieux gain de temps. C'est avec toutes ces données scientifiques que Backs conçoit ses programmes.

Willem Mulder.

 
Willem Mulder.
 
<<< Terug